Ville de Clermont-Ferrand

Quel est le point commun entre l’abeille, le bombyx, le furet, la perruche et la vache ? Ils ont tous été domestiqués par l’homme. La nouvelle exposition du musée Henri-Lecoq propose un large aperçu des différents aspects de la domestication.
Du 28 juin au 5 mai 2013, muséum Henri-Lecoq, du mardi au samedi de 10 à 12 h et de 14 à 18 h, le dimanche de 14 à 18 h.

Une exposition, une réflexion globale


 

Une pratique ancestrale, pour produire de la nourriture (viande, lait, miel), des matériaux (cuir, laine, soie), et aider les hommes dans leurs travaux : déplacements, tractions, chiens de berger, de chasse, d'aveugle, policiers ou truffiers. 

 

Au cours des derniers siècles, l'homme n'a eu cesse de créer de nouvelles races par croisements et sélections successives, résultat d'une longue expérimentation qui a permis d'améliorer la productivité d'un animal, son caractère ou son aspect. L'Auvergne est aussi connue pour être le berceau d'origine de nombreuses races dites rustiques comme la vache Ferrandaise, la poule Bourbonnaise, l'âne du Bourbonnais ou le cheval d'Auvergne.

 

Au-delà de son aspect documentaire foisonnant, cette exposition ouvre de nombreuses portes de réflexion. Quelle est la place de ces espèces domestiques dans la pensée darwinienne ? Quelles répercussions les élevages ont-ils sur la biodiversité ? Quel est l'impact de la domestication sur l'émergence de nouvelles maladies chez l'homme, sur la vie économique et sociale ?

En savoir plus : tél. 04 73 42 32 00, www.clermont-ferrand.fr/culture

 

Légende photo : "Ferrandaise"
Vache Ferrandaise.
© Philippe Bachelard

 
  • Agenda
  • du jeudi 28 juin 2012 au dimanche 5 mai 2013