Ville de Clermont-Ferrand

Fiche du : 01/11/2005

Depuis plus d’un siecle, la place de Jaude -qui peaufine actuellement sa nouvelle parure signée Alain Marguerit- s’est affirmée comme le cœur commercial de la Ville. Galeries de Jaude, Centre Jaude, Carré Jaude et Grand Carré de Jaude : trois réalisations de l’urbanisme commercial a travers les décennies.


Au début du XXe siecle, la place de Jaude affirme sa vocation. Les voies larges qui y conduisent et s’y croisent en font le centre de la ville et de l’activité commerciale. La vague d’architecture commerciale qui déferle sur la France touche de plein fouet Clermont-Ferrand et sa place phare. Premier de la série, le magasin Paris-Clermont* est construit en 1900 sur le côté est de la place. Signé Emile Chassaigne, il est alors considéré comme le plus luxueux du centre de la France et connaît un tel succes que l’on décide d’installer un autre ensemble commercial dans son prolongement. Plusieurs bâtiments sont démolis jusqu’a la rue du Coche pour faire place aux Galeries de Jaude qui s’ouvrent a la clientele en 1907. Conçu par les architectes Lamaiziere pere et fils, le magasin est a ossature métallique selon le modele des grands magasins parisiens de la Belle Époque. Au 4e étage, une vaste verriere apporte un éclairage zénithal. Sculptures de femmes et tetes de lions décorent la façade dans le style éclectique. Plus vastes que le Paris-Clermont, les Galeries de Jaude le supplantent tres vite et deviennent le premier animateur commercial de la ville. En 1963, de grands travaux suppriment la verriere. D’importants aménagements, terminés en avril 1997, marqueront le passage a l’enseigne des Galeries Lafayette. A la fin des années soixante, démarre la réhabilitation du quartier du " Fond de Jaude ", au sud de la place. En 1980, celui-ci disparaît completement, remplacé, en partie, par le Centre Jaude. Conçu par l’architecte Jean-Loup Roubert, l’ensemble est aujourd’hui classé au cinquieme rang national des surfaces commerciales pour le rendement au metre carré. Il reprend le concept d’une verriere sommitale pour éclairer la plupart des circulations. Dans la continuité, un projet de quartier est établi en 1986 sur un large secteur dénommé Jaude Ouest, avec un projet proposé, dans sa globalité, par l’architecte Manolo Nunez. La premiere phase s’est achevée avec le Carré Jaude 1. L’architecte catalan a soigné l’intégration de l’ensemble dans le paysage urbain en ajoutant notamment des espaces en terrasses semblables a des jardins suspendus. Le rez-de-chaussée accueille grande surface et magasins divers sur le pourtour. Dans la continuité de celui-ci, se projette aujourd’hui, le Grand Carré de Jaude. Le cabinet clermontois DHA (Douat-Harland et associés) qui signe le projet, prévoit sur 50 000 m2, un hôtel, une résidence hôteliere, des bureaux et locaux d’activité tertiaire, des logements et un ensemble commercial avec quatre salles de cinéma et un parking souterrain. Depuis le projet initial de 1986, la réflexion a pris en compte le réaménagement piétonnier afin d’harmoniser le Grand Carré de Jaude avec la nouvelle place de Jaude. Il associera le métal, le verre et le bois en prolongeant l’alignement des façades de la place. Le nouveau centre commercial s’ouvrira largement sur la ville. L’effet sera obtenu par la construction d’un atrium vitré de 15 m de large environ et 60 m de long, offrant un vaste espace piétonnier protégé et tres lumineux. Autour des memes concepts de lumiere et de transparence, l’architecture commerciale évolue en renforçant toujours son attractivité.

 

* C’est l’actuel immeuble du Crédit commercial de France