Ville de Clermont-Ferrand

Conseil municipal de Clermont-Ferrand - 29 avril 2016
Communiqué d’Olivier Bianchi, Maire de Clermont-Ferrand


Ce soir le conseil municipal n’a pas pu se tenir, suite à la perturbation durant trois heures d’une vingtaine de manifestants de Nuit Debout. Ils réclamaient de pouvoir s’installer sans interruption sur la place de Jaude de Clermont Ferrand.

La Préfète du Puy-de-Dôme leur a adressé dans l’après-midi un courrier dans lequel elle leur rappelle, dans le cadre notamment de l’état d’urgence, qu’il n’y a pas d’inconvénient à ce qu’il y ait une manifestation non pérenne sur la place et que les rendez-vous pouvaient se tenir jusqu’à une heure du matin, ce qui a toujours été la règle.

Pour ma part, j’ai laissé le mouvement Nuit Debout se développer, considérant qu’il y avait là, même si je ne partage pas toutes leurs valeurs, des innovations démocratiques et sociales qui peuvent être intéressantes pour le débat politique de notre pays.

Pendant trois heures, j’ai tenté de dialoguer et de négocier avec cette vingtaine de manifestants qui de toute évidence ne cherchaient qu’un « coup médiatique » en se victimisant et empêchaient le conseil municipal de se tenir. Sans cesse j’ai appelé à la sérénité des débats et au respect des règles de fonctionnement de notre conseil. Sans cesse ils contestaient les délibérations, souhaitant choisir celles qui devaient ou non être débattues. Par leur attitude d’opposition systématique à la tenue des débats démocratiques du conseil municipal, ils se sont mis dans la situation d’être évacués.

J’assume la responsabilité qui est la mienne d’avoir appelé la police nationale pour évacuer la salle dans le calme et le respect des personnes. Malgré ces trois heures de tentatives de négociation, ces personnes n’ont pas accepté de sortir dans le calme, et un policier a été blessé durant cette évacuation.

L’instance que nous incarnons, en l’occurrence le conseil municipal, est une instance fondamentale de l’exercice de notre démocratie qui, en aucun cas, ne peut être prise en otage. Le quorum n’étant plus atteint après le départ de certains groupes politiques, je réunirai à nouveau le conseil municipal la semaine prochaine, dans les délais légaux, et j’espère que chacun aura retrouvé son calme et sa sérénité.