Ville de Clermont-Ferrand

 
Europavox 2012 - Un déluge de concerts-événements
Événement

Depuis le succès de la dernière édition, avec le pari réussi d’équiper pour la scène et de remplir les 5 000 places du forum de Polydôme, Europavox complète sa programmation européenne par un déluge de concerts-événements.

Voir en ligne : Europavox
Une vraie tuerie qui commence avec deux Dj qui n’ont pas leur pareil pour mettre le dancefloor en transe. Sébastien Devaud, Dj lyonnais d’Agoria, présente un nouveau show multimédia jouant l’accord parfait entre sa techno minimaliste et un flux d’images à la croisée du cinéma et du design graphique. Benga Live, pionnier du mouvement dubstep, forme de house speed garage, enrichi de drum and bass et de R’n’B apparue au Royaume-Uni, est l’un des Dj les plus réputés pour la pulsation inimitable de ses beats électro.

Le samedi est marquée par la venue de deux pointures du rock français. Dionysos présente un dernier album annoncé comme résolument rock. Une bonne nouvelle pour les fans qui apprécient sans doute davantage l’énergie incroyable dégagée sur scène par le charismatique chanteur Mathias Malzieux que la finesse de ses derniers disques. Shaka Ponk est sans doute le plus grand groupe français depuis Noir Désir. Franchement rock, voir punk version glam, avec une petite touche funky, la rage explosive de sa musique n’a rien à envier à celle dont il se réclame : Rage against the machine. Shaka Ponk devrait livrer en avant-première quelques titres de leur troisième et dernier à paraître en juin, dont Palabra mi amor[, enregistré justement avec Bertrand Cantat.
Shaka Ponk, la relève de Noir Désir. © Nicolas Patault

Le dimanche à Europavox, c’est le jour d’Amadou et Mariam, invités exceptionnels d’une soirée world. Depuis leurs premiers tubes, les deux chanteurs n’ont rien changé de la désarmante, authentique et profonde simplicité humaniste qui habite leurs textes et leurs musiques. Une bouffé de sagesse et d’espoir, à l’heure où le Mali plonge dans une déstabilisation dramatique.

Europavox garde le meilleur pour la fin avec deux énormes groupes de rock réputés dans le monde entier. Souvent comparé au White Stripes, The Kills, duo formé par la chanteuse américaine Alison Mosshart et le guitariste britannique Jamie Hince, propose un rock garage foutraque fait de guitares distordues, d’instrumentations minimalistes et de rythmes primitifs. Moins brutal que les premiers, leurs compos comportent une dimension expérimentale, à l’image des groupes auxquels ils se réfèrent : Velvet Underground, Suicide et Sonic Youth. 
Au royaume de Suède, il y avait Abba. Il faudra désormais compter sur The Hives, groupe réputé pour ses prestations scéniques ébouriffantes et sa capacité unique à marier la carpe et le lapin : pop, punk et garage. Après cinq ans de silence, il revient avec un cinquième album comportant entre autres un nouvel hymne à décorner un bœuf : Go right ahead.

Mieux que des découvertes, des révélations 

En ouverture du festival, Woodkid, créé en 2011 par Yoann Lemoine, était déjà réputé pour avoir réalisé les clips de Moby, Katy Perry ou Lana Del Rey. Le frenchy de Los Angeles a d’autres cordes à son arc : d’abord une voix, mais surtout un talent de compositeur inné qui, à la faveur d’un EP 4 titres foudroyant, le propulse d’entrée au top de la vague électro la plus en pointe.
Des belles voix à Europavox, ce n’est évidemment pas ce qui manque ! Le soulman norvégien Bernhoft ; le duo magique Amadou et Mariam ; Arthur H qui reprend Gainsbourg ; Imany, repérée aux dernières Victoires de la musique ; Sarah P, chanteuse sexy de Keep Shelly in Athens ; les filles de Boy, genre pop atmosphérique. Mais celle qui emporte tout, les larmes et les poils qui se dressent, c’est Mirel Wagner, Finlandaise très éthiopienne dont la voix subtilement voilée porte un blues mélancolique d’une rare intensité, entre Nico et Leonard Cohen.

Coté pop, la sensation du moment, c’est Django Django, groupe écossais qui sort de l’ombre avec un premier album déjà complètement barré, cosmique, exotique en diable, et un petit coté vintage franchement savoureux ; hybride improbable des Beach Boys, pour le côté surf ; de Kraftwerk, pour le côté électro ; et de Franz Ferdinand pour l’aspect dansant. 

Deux groupes de rap parmi les plus novateurs se partagent l’honneur des découvertes d’Europavox. Lecs Luther tout d’abord, jeune Irlandais d’à peine dix-huit ans, impressionne par sa maîtrise incroyable du flow et ses connaissances manifestement très pointues en matière de jazz. Ensuite Odezenne, le crew bordelais, lauréat du Prix Adami Deezer de talent 2012*, dont le rap se démarque par sa maîtrise du slam et ses sonorités bizarroïdes savamment orchestrées.

Une fenêtre sur le meilleur de la scène européenne 

Europavox n’est pas un festival comme les autres. L’équipe de programmation s’appuie en effet sur un réseau de correspondants disséminés dans toute l’Europe qui repère les groupes les plus en pointe dans chaque pays de l’Union. Au total, ce sont près de 2 000 artistes qui sont passés au peigne fin qui ne retient que les perles. Aussi est-il bien difficile de parler de coup cœur dans la bonne vingtaine de groupes programmés soit en première partie, soit à découvrir gratuitement au Palais des glaces.
Citons néanmoins : Brns, quatuor belge repéré sur la scène du Botanique à Bruxelles qui proposent un rock léché, complexe, sombre, mystique, sombre et irrésistiblement accrocheur, dans la lignée de Foals ; We Trust, groupe portugais qui propose une pop aérienne et acidulée aux mélodies éthérées et obsédantes ; ou encore Boy, duo né de la rencontre entre la chanteuse suisse Valeska et la bassiste allemande Donja, dont la pop raffinée et atmosphérique est réellement envoutante.

Une compil, un réseau de salles
Europavox célèbre les vingt-cinq ans du programme de formation Erasmus avec une compilation de vingt-cinq artistes de vingt-cinq pays, dans un double CD distribué durant le Festival.
Dernière nouveauté, Europavox en profite pour lancer Europaclub. Le projet consiste à créer un réseau de salles partageant les mêmes valeurs sur les musiques actuelles, ce qui permettrait à une dizaine de groupes labellisés par Europavox de tourner dans toute l’Europe. Un premier rendez-vous avec les partenaires est pris sur le Festival avec douze des plus grosses salles françaises et on l’espère, autant de salles européennes.

Arthur H, l’homme aux oreilles de chou
« J’ai ressenti les premières atteintes du mal, sous les sarcasmes de Marilou. Mes oreilles après des mots comme « vieux con, pédale », se changèrent en feuilles de chou. » Ses paroles inouïes ont fait de L’Homme à tête de chou l’un des plus grands albums de l’histoire du rock français. Mais ce que l’on sait moins, c’est que la pop psychédélique et savante de cet album concoctée en 1976 par Gainsbourg constitue aussi une référence pour de nombreux musiciens à travers le monde. Il y a quelques années, les plus grands, Franz Ferdinand, Portishead, Placebo, Tricky ou The Kills rendaient hommage à son génie.
Quelque temps plus tard, Jean-Claude Gallotta signait une chorégraphie hypnotique que les Clermontois ont pu découvrir avec la Comédie/Scène nationale. La bande son, enregistrée juste avant sa mort par Alain Bashung avec la participation de Denis Clavaizolle, reprenait les titres de L’Homme à tête de chou. L’équipe de la rue Serge-Gainsbourg l’a rappelé pour poursuivre l’aventure « en pays zoulou », cette fois avec Arthur H. Le chanteur sera entouré de toute une équipe de fines épées clermontoises, comme la violoncelliste Morgane Imbeaud et le vj Florian Cardinal, auteur d’une spectaculaire scénographie vidéo, en collaboration avec le Centre de réalité virtuelle.
Photo : « Arthur H »
© Diane Sagnier.

Le village Europavox
Entre les concerts, pas le temps de s’ennuyer. En tout bon festival qui se respecte, Europavox a prévu quelques animations dans les rues du village. Fac’tory, organisé par les étudiants, propose une scène ouverte accueillant show cases, collaborations inédites et invités-surprises. Le stand met aussi à disposition du public le fanzine F.A.C qui témoigne des coups de cœur de la soirée et des événements à suivre. 
Dimanche 27 mai, Europakids, en partenariat avec Graines de Spectacles, la programmation jeune public de la Ville de Clermont-Ferrand, accueille les petits sur la pelouse de la place du 1er-Mai, pour un grand pique-nique avec concerts et jeux gratuits. Ce même dimanche, l’association Art’Air organise une randonnée urbaine dans Clermont, ponctuée d’animations, de mini-concerts et de spectacles. 
Enfin, Radio Campus, fidèle partenaire d’Europavox, diffuse une émission en direct tous les soirs, de 18 à 20 h, comportant, interviews et show cases.
Photo :« Animation » 
© Christophe Darbelet

En savoir plus : Europavox, tél. 04 73 900 406
Billetterie : tél. 04 73 144 808. Location : Espace Victoire, Fnac, Carrefour, Géant.
Pass trois jours : 65 € ; pass Forum : 45 €.

* Outre une mise en valeur particulière sur le site de Deezer, le lauréat bénéficie d’une date sur les festivals partenaires (Europavox, mais aussi Les Nuits Botanique et Montreux Jazz Festival) et d’une couverture médiatique avec Les Inrocks, Arte et le Mouv’.

 
 
 
Europavox 2012 - Un déluge de concerts-événements

Rue Serge-Gainsbourg
63000 Clermont-Ferrand
Tél. 04 73 14 48 08

Tram : A - Arrêt 1er Mai