Ville de Clermont-Ferrand


 

Près de l’église paroissiale du Moustier St-Robert on trouve un grand cimetière donné au début du XIIe siècle par le Comte d’Auvergne Guillaume VI.

A l’époque, tous les habitants de Montferrand, sans distinction et sans aucune redevance, pouvaient y être enterrés.

Il fût utilisé tout au long des siècles, jusqu’à la Révolution. Seuls quelques riches habitants, se faisaient inhumer au cimetière des Révèrents Pères Cordeliers ou dans l’église collégiale Notre-Dame au cœur de la cité où se trouvait le tombeau de la Comtesse G., initiatrice de la cité telle qu’on la connaît aujourd’hui grâce à la Charte de Coutumes de 1196 qu’elle promulgua avec son fils Guillaume.

Ce tombeau ainsi que de nombreuses dalles funéraires disparurent à la Révolution vers 1795. La Lanterne des Morts (ou fanal) élevée dans le cimetière disparut, elle aussi, à cette époque.

Sources : « Histoire de la Ville de Montferrand et du bourg de Chamalières en Auvergne » par Ambroise Tardieu (Édition originale de 1875).

A la fin XVIIIème, les deux cités comptaient quatorze cimetières, chaque établissement religieux ou hospitalier possédait le sien.

L’Édit Royal du 10 mars 1776, fondé sur la salubrité publique, interdit d’enterrer les laïques dans les églises et les chapelles. Quant aux cimetières pouvant nuire à la santé de la population, ils devaient être installés hors des zones habitées.

A l’issue de la visite des experts, seuls les cimetières du faubourg de Saint-Alyre et Saint-Robert de Montferrand furent maintenus.

Après maintes tractations pour trouver un terrain afin d’édifier le cimetière de Clermont, la Révolution, puis le 1er Empire et la guerre faisant rage, en 1814 des mesures sanitaires furent prises en urgence. La Ville ordonna d’utiliser provisoirement le cimetière de Montferrand pour les deux cités.

Cela dura jusqu’au 21 juillet 1816, date de l’inauguration du nouveau cimetière des Carmes, sur l’emplacement d’un terrain acheté aux Carmes Déchaussés.

Sources : « Le Cimetière des Carmes à Clermont-Ferrand » par Pascal Piéra et Daniel Lamotte (2004).

 

Vous pouvez voir au  Cimetière de Montferrand

 

-          Le Monument aux Morts de 1914-1918

-          Le carré militaire de 1914-1918, lieu de mémoire réunissant les morts de toutes confessions.

-          Le carré militaire de 1939/1945 où sont inhumés 16 maquisards inconnus.

-          Une tombe à la mémoire de Auguste DEBAY, donateur du legs Debay-Facy, à l’origine des Fêtes de la Rosière qu’elle fleurit tous les ans au cours de ces fêtes.

-          Une tombe en mémoire de la famille GOUMY décimée en déportation, offerte par les habitants du quartier de la Plaine.

-          Une tombe à la mémoire du Cardinal Pierre Giraud, enfant de Montferrand devenu évêque de Rodez, puis archevêque de Cambrai.