Ville de Clermont-Ferrand

Le pigeon est un hôte à part entière de nos villes, mais ses populations denses et sédentarisées posent parfois problème.


Les pigeons, domestiqués dès l’Antiquité, ont joué de grandes fonctions commerciales et militaires. L’héritage architectural des pigeonniers témoigne de l’importance des pigeons dans nos environnements.

Plusieurs espèces de pigeons en milieu urbain

Nous cohabitons dans nos villes avec plusieurs espèces de pigeons. A Clermont-Ferrand, la quasi-totalité d’entre eux sont des pigeons bisets (95%), on trouve également des pigeons ramiers (environ 4 %) ainsi que des pigeons colombins ( moins de 1%).

Afin de garantir une harmonie entre l’homme et l’animal en ville, et en application du Règlement Sanitaire Départemental qui interdit "de jeter ou déposer des graines ou nourriture en tous lieux publics pour y attirer les animaux errants, sauvages ou redevenus tels, notamment les chats ou les pigeons", la Ville de Clermont-Ferrand mène simultanément deux types d’actions : d’une part, la prévention et la sensibilisation des habitants et d’autre part la régulation des populations de pigeons.

1. Règlementation

  • Il est formellement interdit d’attirer systématiquement ou de façon habituelle des animaux, notamment les pigeons et les chats, quand cette pratique est une cause d’insalubrité ou de gêne pour le voisinage (Article 26 du Règlement Sanitaire Départemental).
  • Il est interdit de jeter ou déposer des graines ou d’autres formes de nourriture en tous lieux publics pour y attirer les animaux errants, sauvages ou redevenus tels, notamment les chats ou les pigeons ; la même interdiction est applicable aux voies privées, cours ou autres parties d’un immeuble lorsque cette pratique risque de constituer une gêne pour le voisinage ou d’attirer les rongeurs. Toutes mesures doivent être prises si la population de ces animaux est susceptible de causer une nuisance ou un risque de contamination de l’Homme par une maladie transmissible (Article 120 du Règlement Sanitaire Départemental).

2. Nuisances liées à la prolifération des pigeons

Une trop forte concentration de pigeons peut entrainer le développement de parasites et rendre possible la transmission de maladies à l’homme. De plus, les déjections des pigeons sont particulièrement corrosives, et participent à la dégradation des façades, des toitures ou des chenaux.

3. La régulation et les techniques employées à Clermont-Ferrand

  • Le pigeonnier contraceptif :

Au nombre de trois sur le territoire de Clermont-Ferrand, un seul est, pour le moment, en fonction. Celui-ci se trouve dans le jardin Lecoq. Tous les 10 jours, deux personnes se rendent au pigeonnier, pour le contrôler, le nettoyer et déposer 50 kilogrammes de nourriture nécessaire ainsi que de l’eau. A chaque passage, 20 et 30 oeufs sont stérilisés.

Les deux autres pigeonniers (Parc Montjuzet, centre Montferrand) sont en cours de réfection, et doivent être prochainement remis en fonctionnement.

  • Les cages-pièges :

A Clermont-Ferrand, deux cages-pièges sont utilisées seulement pour pallier le manque d’installations le temps de la réfection des pigeonniers de Montferrand et de Montjuzet. Les pigeons capturés sont réintroduits dans le pigeonnier du jardin Lecoq.

  • Les picots :

Des picots sont déjà installés sur certains bâtiments communaux, sur des bâtiments classé ou présentant un intérêt architectural.

  • Les filets :

Des filets ont été installés sur les ouvertures des deux principaux édifices religieux de Clermont-Ferrand : la Basilique Notre-Dame du Port et la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption.

 

Direction des Services à la Population, Service Hygiène et Prévention, 15 mail d’Allagnat, 63 000 Clermont-Ferrand. Tel : 04 73 42 63 41

 
En savoir plus
Mail Allagnat
 

15 mail d’Allagnat
63000 Clermont-Ferrand
Tram : A, lignes de bus B, C, 9, 10 - arrêt Jaude
Lignes de bus B, C, 3, 4, 8, 9, 10, 12, 13, 27 - arrêt Ballainvilliers