Ville de Clermont-Ferrand


L’art du XVIIème siècle en France est représenté  par une série de douze peintures monumentales commandées vers 1620, par Antoine Rozé-Cuffié d’Effiat, gouverneur d’Auvergne pour son château d’Effiat. Elles illustrent, dans un style vigoureux, l’épopée littéraire du Roland Furieux d’après l’Arioste.

Deux tableaux de Philippe de Champaigne Portrait du poète Vincent Voiture et Ange de l’Annonciation, des œuvres religieuses de Simon Vouet, Jacques Blanchard, Jean Daret complètent avec justesse cet aperçu du génie classique français.

Les écoles de peintures du Nord tiennent leur rang dans la scène de genre et l’art des natures mortes avec la véracité de L’arracheur de dents de l’atelier de Théodore Rombouts , et l’inquiétante Ronde des farfadets de David Ryckaerts III.

Les écoles italiennes sont évoquées par une émouvante Vierge de pitié de Sassoferato et une double composition monumentale de Donato Creti qui narre avec de grandes qualités de coloriste, les amours légendaires du Roi Salomon et de la Reine de Saba.